Endométriose profonde : symptômes, risques et traitement

L’endométriose est une maladie gynécologique qui touche de nombreuses femmes à travers le monde. Plus particulièrement, l’endométriose profonde est une forme grave de cette affection pouvant causer des douleurs significatives et des complications sérieuses. Cet article explore les différents aspects de l’endométriose profonde, incluant ses symptômes, les risques associés et les options de traitement disponibles.

Symptômes de l’endométriose profonde

Les symptômes de l’endométriose profonde peuvent varier d’une femme à l’autre, mais certaines manifestations sont plus courantes et reconnaissables. L’un des symptômes primaires de l’endométriose profonde est la douleur pelvienne chronique. Cette douleur peut être persistante ou intermittente, souvent exacerbée pendant les menstruations. Les crampes pelviennes sont parfois si intenses qu’elles interfèrent avec les activités quotidiennes. Elles se manifestent généralement par des crampes sévères pendant les règles, des douleurs lors des rapports sexuels et des douleurs urinaires ou intestinales pendant les menstruations. Les femmes souffrant d’endométriose profonde peuvent également éprouver des troubles gastro-intestinaux. Cela inclut souvent des ballonnements, des constipations et de la diarrhée. Ces symptômes peuvent être confondus avec des maladies digestives telles que le syndrome du côlon irritable (SCI).

Aussi, l’infertilité est un autre symptôme fréquent. Environ 30 % à 40 % des femmes atteintes d’endométriose profonde ont du mal à concevoir. D’autres symptômes incluent une fatigue intense, des mictions fréquentes et des douleurs dans le bas du dos.

Risques associés à ce trouble

Vivre avec l’endométriose profonde comporte des risques variés, affectant non seulement la santé physique, mais aussi le bien-être émotionnel et mental. La douleur chronique associée à l’endométriose profonde peut avoir un impact significatif sur la qualité de vie d’une femme. Les douleurs pelviennes constantes et les crampes menstruelles intenses peuvent entraîner une diminution de l’activité physique, des absences au travail et un isolement social accru. L’endo-flare, ou flambée soudaine des symptômes, rend encore plus difficile la gestion quotidienne de la maladie. La fatigue constante peut aussi contribuer à un sentiment général de malaise et de dépression. L’endométriose profonde est liée à plusieurs complications médicales graves.

  • Occlusion intestinale : l’accumulation de tissu endométrial peut bloquer les intestins, nécessitant parfois une intervention chirurgicale.
  • Cystite interstitielle : une inflammation chronique de la paroi vésicale, entraînant une miction douloureuse et fréquente.
  • Endométriose pulmonaire : une forme rare où le tissu endométrial se développe dans les poumons, causant des symptômes respiratoires tels que la toux et même des hémorragies pulmonaires.

Traitement de la maladie

Le traitement de l’endométriose profonde vise principalement à soulager les symptômes et à prévenir les complications. Les différentes options, allant des médicaments aux interventions chirurgicales, sont discutées ci-dessous. En effet, divers médicaments sont prescrits pour gérer les symptômes de l’endométriose profonde. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés pour réduire la douleur et l’inflammation. Ceux-ci incluent généralement l’ibuprofène ou le naproxène. Par ailleurs, les traitements hormonaux sont couramment employés pour diminuer ou arrêter complètement les menstruations, ce qui peut réduire la croissance du tissu endométrial. Certains exemples incluent des :

  • pilules contraceptives orales ;
  • progestatifs ;
  • analogues de la GnRH.

Ces médicaments aident à équilibrer les niveaux hormonaux tout en réduisant les épisodes douloureux liés à l’endométriose.

Outre les médicaments, les thérapies alternatives jouent un rôle crucial dans la gestion des symptômes de l’endométriose profonde. L’acupuncture est souvent recommandée pour atténuer les douleurs chroniques. Quelques recherches scientifiques montrent que cette pratique millénaire peut soulager efficacement la douleur et améliorer la qualité de vie. La physiothérapie pelvienne constitue également une autre approche bénéfique. Les exercices visant à renforcer et à décontracter les muscles pelviens contribuent notamment à réduire la douleur et à améliorer la mobilité.

Dans les cas sévères, où les médicaments et les thérapies ne suffisent pas à contrôler les symptômes, une chirurgie peut devenir nécessaire. Deux méthodes principales sont utilisées. Il s’agit de la laparoscopie et la laparotomie. La laparoscopie est une technique peu invasive permettant d’enlever les tissus endométriaux avec précision et la laparotomie est une intervention ouverte réservée aux formes sévères d’endométriose profonde. Bien que la chirurgie offre un soulagement immédiat, elle n’est pas sans risque, et des récidives peuvent se produire.